Présentation de l’équipe

L’équipe de recherche « Epione : santé publique-santé communautaire » est la dernière-née au sein de la section de psychologie communautaire de l’UQAM.

Depuis 2016, elle rassemble les chercheurs et étudiants dont les travaux portent sur l’amélioration des services publics dans le champ sanitaire et social.

Les membres d’Epione se distinguent par leur intérêt pour la promotion de l’équité dans les services publics.

Nous avons un intérêt pour la recherche-action et l’évaluation d’interventions innovantes, inscrites dans les services publics.

Notre contribution à la recherche est de mieux comprendre et d’augmenter les facteurs favorisant l’accès et la qualité des services. Nous sommes particulièrement sensibles aux besoins des populations les plus éloignées et les moins desservies. Nous savons que les personnes les plus en difficultés sont également celles qui bénéficient le moins des services de prévention. Nous souhaitons, par nos recherches, corriger ce processus injuste en l’abordant du point de vue des services et en nous intéressant particulièrement aux questions d’accessibilité et de qualité d’intervention.

Outre nos recherches, nous réalisons également des missions de conseil et d’évaluation pour des institutions externes qui cherchent à améliorer leurs services ou à développer des interventions innovantes.

 

Axes de recherche

Axe 1 : Parentalité et petite enfance

Le premier axe de travail de l’équipe de recherche porte sur l’accessibilité et la qualité des services de prévention destinés aux parents et tout particulièrement aux parents en difficulté. Par le développement d’outils à destination des professionnels et la mise en place de recherches-actions, nous soutenons les services publics dans le développement d’une nouvelle génération d’interventions reposant sur le principe d’universalisme proportionné.

Axe 2 : Minorités invisibles

Lorsqu’un service est proposé à l’ensemble de la population, il est reconnu que ce sont les personnes le moins en besoin qui en bénéficient le plus. Sans chercher à ôter le service à ces personnes, nous souhaitons encourager l’accès par le plus grand nombre à des services adaptés. Notre intérêt commence par l’accessibilité aux services de santé des « minorités invisibles », c’est-à-dire les personnes qui se voient exclues des services de santé publique parce que ces derniers n’offrent pas de réponse à leurs besoins spécifiques.

L’accessibilité passe par l’adéquation des services offerts aux besoins de l’ensemble de la population, par le renforcement de l’accessibilité à ces services, et par une évaluation constante des besoins des bénéficiaires potentiels pour créer des actions communautaires qui soient le plus précises et attrayantes possible. C’est sur ces points que nos recherches portent aujourd’hui. Nous travaillons dans cette optique avec des communautés autochtones, des personnes en situation de handicap et des personnes en situation de migration forcée.

Axe 3 : Recherche sur les communautés du Québec

Le Québec se caractérise par un multiculturalisme à deux visages. Si l’on connaît l’aspect cosmopolite des villes québécoises, la co-existence entre populations autochtones canadiennes et populations non-autochtones (« allochtones ») est un sujet moins visible et qui fait l’objet de tensions sociales. Epione a lancé en 2018 une programmation de recherche visant à éclairer les pouvoirs publics sur les conditions facilitant le « vivre-ensemble », et en s’efforçant d’adopter des méthodologies de recherches éthiques et critiques, anti-colonialistes.

Axe 4 : Promotion de l’inclusion sociale chez les jeunes adultes

Les lieux d’apprentissage doivent également être des lieux de promotion de la santé et de la santé mentale. En milieu universitaire, il est reconnu que le productivisme et la compétitivité peuvent jouer un rôle délétère sur la santé. L’intérêt de notre équipe de recherche porte à la fois sur l’identification des facteurs de stress pouvant altérer négativement la santé au sein des universités et sur les moyens communautaires pour y répondre. Nous nous intéressons à ce titre aux relations entre pairs.

Axe 5 : Protection de l’enfance

La répétition des ruptures dans les trajectoires de vie est un enjeu majeur pour les professionnels en protection de l’enfance. Le rôle des institutions publiques est d’offrir une protection immédiate aux jeunes en danger et de leur permettre de construire des parcours de vie dans lesquels ces jeunes seront inclus socialement.

Les expériences d’échec de prise en charge préoccupent notre équipe. Les trajectoires menant des institutions de protection vers l’itinérance viennent questionner l’adéquation des services reçus et le soutien offert aux professionnels et aux jeunes pour compenser les situations de vie problématiques.

Notre objectif est de mieux comprendre ces ruptures à répétition et le rôle des institutions pour encourager la mise en place de solutions compensatoires.

 

Financement

Epione a reçu plusieurs soutiens à la recherche de la part de la Faculté des sciences humaines de l’UQAM.

Elle bénéficie d’un soutien financier de l’Agence des nouvelles interventions sociales et de santé, son partenaire français pour les projets PANJO et Petits Pas, Grands Pas®.